Sélectionner une page

Les pièges derrière le besoin de comprendre

par | 01/09/2017 | Lâcher prise, Le fonctionnement psychique, Mécanismes de défense

 

Je me rappellerai toujours de la fois où je m’auto-torturais à essayer de comprendre pourquoi je me jugeais être une si mauvaise personne, parce que je ne parvenais pas à changer un pattern que je répétais tout le temps, alors que je savais pourtant que cela ne me donnait rien de me juger durement comme je le faisais.

Au contraire, je comprenais avec ma tête que le fait de me juger m’empêchait de me changer, car où il n’y a pas d’acceptation de soi, il n’y a aucun changement intérieur durable. Mais je souffrais tellement de ce réflexe mental, que j’étais pressée de comprendre pourquoi je faisais ça. Et j’étais pressée de le savoir par que j’avais la croyance que quand je le saurai, alors je pourrais changer comment je me sens et aller mieux. Que j’avais hâte d’arrêter cette souffrance que je trouvais inutile !

La réponse ne m’est pas venue toute seule. C’est un formateur du CRAM qui m’a montré une piste intérieure à suivre en me répondant : « Tu continues de te juger, simplement parce que ça te fait moins mal de te juger et de te taper dessus que de ressentir les émotions qui se cachent derrière tes jugements. » Cette réponse a eu l’effet d’un bat de baseball en pleine tronche, mais il avait tellement raison.

Donc l’outil que j’avais vraiment besoin pour avancer n’était PAS de comprendre pourquoi. La vraie étape intérieure où j’étais rendue était plutôt d’apprendre à accepter de souffrir pour que la porte qui refusait de s’ouvrir en moi se débarre enfin.

Cet enseignement a été un des cadeaux les plus pratiques que cette formation m’a apporté, car j’ai ensuite pu appliquer le même principe à mes autres mécanismes de défense, c.-à-d. qu’ils apparaissent tous pour que je ressente « moins » ce que je trouve douloureux à vivre. Mais dit comme ça, on se demande bien pourquoi on voudrait donc changer cela alors, non?

La raison est simple: même si au début c’est « plus » souffrant de faire face aux vraies blessures cachées derrière nos mécanismes de défense, et bien à force d’y faire face, c’est ainsi qu’on développe le fameux amour de soi. Si en plus on reçoit l’empathie d’une personne de confiance qui est là comme allié pour nous aimer malgré notre honte durant ce processus et qu’ainsi on accepte d’être aimés dans nos souffrances, alors l’amour de soi grandira encore plus rapidement.

En prime, à la longue, on souffre de moins en moins et on peut même finir par aller bien ! Est-ce que ça vous donne la motivation de tenter le coup? En-tous-cas moi je suis devenue une addicted à aller mieux!

 

Le besoin de comprendre : un faux besoin qui nourrit un cercle vicieux

Donc s’il y a bien un besoin fondamentale qui a beau être normal et légitime à vivre, c’est bien le besoin de comprendre pourquoi les choses nous arrivent. Pourquoi elles se passent comme elles se passent? Pourtant ce même besoin peut rapidement se transformer en obstacle intérieur qui nous empêche d’avancer si on se borne à n’emprunter que ce chemin-là, le chemin de la tête, de la raison, du rationnel.

Pourquoi le ressentons-nous si fortement ? Premièrement parce que cela aide à donner un sens à ce que l’on vit et il n’y a pas grand chose qui apporte plus de paix intérieure que le fait de sentir que notre vie a un sens, qu’en pensez-vous?

Deuxièmement, dans une société occidentale qui donne autant de pouvoir et de valeur à la force du rationnel, notre population a, pour une grande majorité, développé un sentiment de confort – pour ne pas dire de réconfort – avec le fait de pouvoir se justifier en expliquant à notre entourage pourquoi on vit les choses comme on les vit. Quand on a accès à ça, alors on se sent légitime de réagir comme on réagit et on se juge moins « immatures », « pas correctes » ou « malades dans’tête », parce que nous avons « une bonne raison », t’sais.

Comme bien d’autres réflexes mentaux programmés dans notre psychisme*, cela demande du temps pour prendre conscience de ce mouvement invisible qui s’opère dans notre tête, pour ensuite se reprogrammer autrement. Cela demande de donner moins de pouvoir à ce pot de colle de besoin de comprendre qui est moins essentiel qu’on pourrait le croire, mais pour lequel il est si difficile d’arrêter de s’y accrocher.

C’est difficile, parce que ça demande d’accepter l’angoisse de rester dans le vide avec ce qui nous rend mal et de faire confiance que la porte s’ouvrira le jour où on cessera d’essayer de l’ouvrir de force. C’est plate, car cette angoisse est ultra inconfortable, mais c’est vraiment comme ça que le psychisme fonctionne.

Quand on est pris là, souvent on a besoin qu’une personne extérieure soit en mesure de nous voir dans notre difficulté et de nous offrir son support dans l’épreuve sans chercher à nous changer, sans chercher de solution, mais de simplement nous offrir son écoute et sa compassion, car si nous sommes en mesure de suivre ce mouvement de pur accueil, c’est là que la magie de l’amour et de l’acceptation peut se manifester pour débarrer les portes. Quand nous sommes seuls, c’est extrêmement difficile de faire ce chemin-là tout seul.

Autant lorsqu’on a accès au pourquoi c’est donc plus facile et rapide de dénouer nos noeuds intérieurs, autant lorsque ce pourquoi refuse de se révéler à nous, nous glissons dans le piège de croire que c’est uniquement si nous savions qu’est-ce qui cause notre difficulté qui nous tourmente que nous parviendrons à nous en libérer.

Ce n’est non seulement pas exact, mais le fait de se borner à s’auto-torturer avec ces pourquoi non accessibles nous enferme dans un cercle vicieux, car plus on va chercher à forcer la porte intérieure qui s’ouvre sur notre irrationnel, plus nos mécanismes de défense* vont se braquer comme des cadenas de prison à haute sécurité et refuser de nous donner accès à cette compréhension.

Pourquoi ça fait ça ? Simplement parce que si nous n’avons pas accès au pourquoi cela signifie que notre psychisme a justement décidé de barrer cet accès à notre conscience rationnelle. Le psychisme* fait cela quand « il sait » que nous ne sommes pas prêts à faire face à cette vérité qui est derrière.

Et le psychisme* fera ça pour protéger l’individu de la folie. Donc les mécanismes de défense* apparaissent à la base pour nous aider, pour nous protéger, parce que enfant, nous n’avions pas d’autres moyens à notre portée, ou en-tout-cas nous ne connaissions pas d’autres moyens.

 

Pourquoi cela fait ça ?

On nous a enseigné au CRAM que le rationnel obéi à l’irrationnel, mais que l’inverse n’est pas vrai. Lorsqu’on veut forcer l’irrationnel par le rationnel, on ne fait que l’enterrer. Ce mécanisme de défense s’appelle la « rationalisation« *. C’est lorsqu’on utilise cette force à mauvais escient, comme lorsqu’on banalise ce qu’on vit en se disant que plein de monde vivent la même chose, mais ne réagissent pourtant pas comme nous ?

Aussitôt qu’on enlève notre légitimité d’être affectés comme nous sommes affectés par les choses qui nous arrivent, c’est qu’on rationalise. En faisant cela, on s’éloigne de l’amour de soi et on se fait la guerre.

 

Récapitulatif

Bref, bien souvent penser que de comprendre pourquoi on réagit comme on réagit nous soulagera de notre malaise ne fait que nous piéger dans une souricière et nous éloigne de notre besoin de simplement s’accepter là où on est émotionnellement parlant.

Une solution que je vous propose d’essayer à la place de chercher à comprendre, de plutôt vous rappeler que vous avez surtout besoin d’accepter de ressentir et de souffrir de ce qui vous rend si mal, simplement parce que c’est ainsi que vous vous libérerez dudit mal.

Je vous souhaite un bon lâcher prise !

 

 

 

Vous aimeriez aller plus loin?

Afin de remercier et de développer une belle relation avec ceux qui me suivent, je donne encore plus d’astuces et d’exercices concrets à appliquer dans la vie de tous les jours via mon infolettre. En prime, je réponds À TOUTES les questions qu’on me pause.

Curieux d’essayer ce premier contact pour apprendre à mieux me connaître comme thérapeute ?

Inscrivez-vous ici :

Cette chose que nous faisons tous sans le savoir…

Cette chose que nous faisons tous sans le savoir…

Avez-vous déjà entendu parler du mécanisme de défense de l’interprétation, aussi appelé la projection ? Comme le dit, Colette Portelance, la fondatrice de l’Approche Non Directive Créatrice, lorsqu’on parle de la projection, alors on parle du même processus que...

La première étape pour se libérer de la culpabilité

La première étape pour se libérer de la culpabilité

Une question qui revient beaucoup est «Comment peut-on se libérer de la culpabilité?» La saine culpabilité Et bien, il faut d'abord nuancer cette question, car je suis personnellement d'accord avec Michelle Larivey quand elle dit dans son livre «La puissance des...

Un déclencheur… Hein, c’est quoi ça ?

Un déclencheur… Hein, c’est quoi ça ?

Puisque j’emploie souvent le terme déclencheur, plusieurs personnes m'ont demandé ça mangeait quoi ça en hiver? Je crois donc utile de prendre le temps de l’expliquer ici, car cela va possiblement aider plusieurs personnes à mieux saisir ce que je partage dans ce...

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Les pervers narcissiques… ces horribles démons !

Les pervers narcissiques… ces horribles démons !

Une personne m'a récemment proposé d'écrire sur les pervers narcissiques. Au cours de mes recherches, j'ai été très dérangée par la saveur de la majorité des articles qui portaient sur «ces méchants démons qui polluent la vie de leurs pauvres victimes» un peu partout...

Voulez-vous un outil puissant pour revenir dans le moment présent lorsque vous perdez le contrôle?

Ramener notre conscience à nos sensations corporelles est un moyen efficace de reprendre notre sang froid. 

Je suis en train de créer un enregistrement audio .mp3 d'environ 7 minutes, permettant de faire une «centration» (c.-à-d. une courte méditation guidée), afin que les gens qui le désirent puissent bénéficier de cette astuce. 

Pour obtenir GRATUITEMENT ce nouvel outil aussitôt qu'il sera terminé dans quelques jours, veuillez inscrire votre nom et votre adresse courriel ci-bas.  

Merci d'avoir adhéré à l'infolettre de Stéphanie Thibault, TRA! Vous recevrez sous peu un courriel avec le lien pour télécharger votre enregistrement audio gratuit.

Une infolettre personnalisée en développement personnel !

Pouvez-vous apprendre à mieux comprendre pourquoi vous avez certains comportements compulsifs, vous affranchir de la culpabilité malsaine et développer un plus grand amour de vous-même?

Je crois que oui !

 

Inscrivez-vous ici pour découvrir comment grâce à mon infolettre personnalisée.

Merci beaucoup pour votre adhésion. Vous recevrez mon premier courriel sous peu.

Une infolettre personnalisée en développement personnel !

Pouvez-vous apprendre à mieux comprendre pourquoi vous avez certains comportements compulsifs, vous affranchir de la culpabilité malsaine et développer un plus grand amour de vous-même?

Je crois que oui !

 

Inscrivez-vous ici pour découvrir comment grâce à mon infolettre personnalisée.

Merci beaucoup pour votre adhésion. Vous recevrez mon premier courriel sous peu.